Description du projet

Aborder la prévention cardiovasculaire avec nos patient·e·s

Proposer le dépistage du risque cardiovasculaire global implique une démarche active du médecin, à l’occasion d’une consultation générale, centrée sur une pathologie cardiovasculaire ou sur tout autre chose. Ce dépistage reste primordial à réaliser auprès de tous les patient·e·s de plus de 18 ans en raison de l’importance des mortalité et morbidité cardiovasculaires.

OUTILS

Les outils disponibles pour déterminer le risque cardiovasculaire (algorithme ABCDEFGH et « table SCORE ») sont simples, cliniques, pratiques et rapides (un taux de cholestérol n’est pas systématiquement nécessaire).
Un cahier prévention de la SSMG sur le risque cardiovasculaire global a été édité.
Un article de la RMG en 2019 actualise ces données de prévention.

PROMOTION DE LA SANTE & PREVENTION

Le dépistage et la prise en charge qui s’en suit se font dans une démarche de dialogue avec la·le patient·e. Lors de ce dialogue, la·le patient·e peut évoquer des inconvénients, des freins ou des craintes à essayer de changer ses habitudes de vie.
Une première négociation avec la·le patient·e est nécessaire pour déterminer son risque individuel.
Pour les patient·e·s à risque élevé, une deuxième négociation prendra place. Il s’agira d’identifier concrètement, avec la·le patient·e, une ou plusieurs intervention(s) pour atteindre les « cibles thérapeutiques prioritaires ».
Prendre connaissance des avantages et des inconvénients de ce dépistage − tels que pourraient l’exprimer la·le patient·e et le penser le médecin − peut aider à anticiper les enjeux de ces négociations.
Le dépistage du risque cardiovasculaire global et le suivi de la·du patient·e à risque croisent d’autres thématiques : aborder la question du tabac, la consommation d’alcool, l’alimentation et l’activité physique.

Avantages et inconvénients du dépistage
du risque cardiovasculaire GLOBAL

AVANTAGES à pratiquer (ou à proposer) le dépistage du risque CV

  • Permet de connaître ses risques et de savoir comment les diminuer
  • Permet d’espérer vivre en meilleure santé et plus longtemps
  • Permet de discuter avec son médecin des mesures à prendre
  • Permet de discuter avec son médecin des moyens pour dépasser les difficultés pour appliquer les différentes mesures

Sentiment de faire son travail de prévention selon les règles de bonnes pratiques
Sentiment d’être utile à son patient
Ouvre la porte à un dialogue avec le patient à propos de ce qui est important ou pas, acceptable ou envisageable pour lui

La méthode et l’outil (SCORE) sont particulièrement bien adaptés :

  • Permet d’obtenir une vision objective et globale du risque encouru
  • Evite de se laisser impressionner par des éléments isolés, ayant un impact moins sévère que suspecté
  • Permet de tenir compte d’éléments individuels particuliers qui doivent moduler le risque individuel.
    (démarche intellectuelle gratifiante)
  • Permet d’élaborer une stratégie thérapeutique pertinente et personnalisée sur des bases EBM et modulées par les particularités du patient
  • Permet d’élaborer une stratégie thérapeutique pertinente et personnalisée sur des bases EBM et modulées par les particularités du patient
  • Permet au patient de comprendre l’utilité des mesures thérapeutiques comportementales ou médicamenteuses qui sont proposées et de celles qui ne le sont pas
  • La visualisation graphique colorée rend moins abstraites ces notions
  • La visualisation du changement de niveau de risque par modification d’un ou plusieurs paramètres a un effet motivant
  • Le temps consacré à l’évaluation devient très vite négligeable
  • Diminue les accidents majeurs, leurs complications et les traitements lourds
  • Permet de cibler la population chez qui les mesures de prévention énergiques, médicamenteuses ou comportementales, sont particulièrement efficientes, avec une diminution de morbi‐mortalité nette (individus à risque élevé à très élevé)

INCONVENIENTS de faire (ou de proposer) le dépistage du risque CV

  • Peur d’être confronté à un risque plus élevé qu’imaginé
  • Crainte de se voir proposer des mesures comportementales contraignantes (régime, privations…)
  • Crainte de devoir prendre des médicaments

Dépister les risques, c’est les prendre en charge ; cela va prendre du temps en consultation.
Risquer d’importuner le patient qui n’est pas demandeur et/ou qui ne vient pas pour cela.

Du point de vue de la nouvelle méthode proposée aujourd’hui :

  • L’utilisation de l’algorithme et des tables SCORE demande un peu de temps, au début
  • C’est encore parfois un changement de mode de raisonnement
  • Il faut se départir de certaines influences antérieures (publicités ou discours académiques de naguère)