Project Description

Aborder la question du tabac lors d’une consultation

Pour la question du tabac, la démarche vis-à-vis du·de la patient·e se fait généralement en trois étapes :

  1. Ouvrir le dialogue, de manière systématique et non culpabilisante,
  2. Faire le point avec le·la patient·e qui le souhaite sur son usage du tabac,
  3. Construire et accompagner un projet d’arrêt si le·la patient·e est prêt·e à changer ses habitudes.
  • Vous pouvez ouvrir le dialogue, signifier au·à la patient·e que vous êtes prêt·e à parler du tabac

  • Vous pouvez pratiquer le conseil minimal : « Fumez-vous ? » « En tant que médecin traitant, je ne peux que vous conseiller d’arrêter de fumer. Le jour où vous souhaitez en parler ou si vous voulez arrêter, je peux vous aider »

  • Vous pouvez aussi faire le point avec le·la patient·e pour l’aider à renforcer sa motivation, puis l’aider à définir la manière dont il·elle va s’y prendre pour changer ses habitudes

  • Vous pouvez ensuite aider le·la patient·e à suivre ses progrès et à mieux comprendre les difficultés qu’il·elle rencontre lors de son sevrage du tabac.

La cellule Tabac de la SSMG vous propose différents outils pour chaque étape.
Un numéro spécial de la Revue de la Médecine Générale consacré exclusivement au tabac a été édité en avril 2010.

Vous pouvez aussi collaborer avec des relais existant comme les Centres d’Aide aux Fumeurs (CAF) et les tabacologues dont une liste a été établie par le FARES

En ce qui concerne plus spécifiquement l’abord du tabagisme avec les patient·e·s précarisé·e·s, nous vous conseillons de lire le Carnet de prévention de la SSMG sur le sujet.

PROMOTION DE LA SANTÉ & PRÉVENTION

Comme pour toutes les autres questions, c’est une démarche générale de dialogue avec le·la patient·e que nous vous proposons. Lors de ce dialogue, le·la patient·e peut évoquer des inconvénients, des freins, des craintes à essayer de changer de comportement, car ce n’est pas un changement marginal, mais une forme de bouleversement : il·elle doit faire le deuil de ses anciennes habitudes et rechercher un nouvel équilibre.

Le·la patient·e peut aussi citer les avantages à continuer à fumer ! Nous vous invitons à découvrir les avantages et inconvénients à aborder la question du tabac tant au niveau du·de la patient·e que du·de la médecin généraliste :

Avantages et inconvénients
de fumer et d’arrêter de fumer

AVANTAGES à arrêter de fumer
à aborder la question du tabac

  • Préserver sa santé, diminuer le risque de contracter une maladie liée au tabagisme
  • Protéger son entourage du tabagisme passif ‐ Economiser de l’argent
  • Retrouver son souffle ‐ Se libérer d’une dépendance
  • Retrouver une haleine fraîche
  • Eviter la couleur jaunâtre qui se dépose sur les dents et les doigts
  • Conserver une belle peau, éviter les rides
  • Avoir le teint frais
  • Eviter les mauvaises odeurs sur les vêtements et dans les cheveux
  • Garder une bonne forme physique
  • Retrouver la saveur des aliments
  • Arrêter de tousser et éviter les bronchites
  • Eviter d’intoxiquer les autres, éviter le tabagisme passif
  • Sentiment de s’investir concrètement dans tous les aspects de la santé du patient, d’avoir une approche globale
  • Après 20 minutes, la pression sanguine, la fréquence cardiaque et la circulation périphérique s’améliorent
  • Après 8 heures, l’oxygénation du sang revient à la normale : le niveau de monoxyde de carbone (CO) diminue et le niveau d’oxygène augmente
  • Après 24 heures, le CO est éliminé du corps, les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée (vous allez tousser plus !), les risques d’infections respiratoires diminuent, les risques de crise cardiaque commencent déjà à diminuer, vous avez meilleure haleine
  • Après 48 heures, toute la nicotine a quitté l’organisme, l’odorat et le goût reviennent
  • Après 72 heures, la respiration devient plus facile
  • Après 2 semaines à 3 mois, le fonctionnement des poumons augmente jusqu’à 30 % et la circulation sanguine s’améliore
  • Après 6 mois, la toux, la congestion des sinus, la fatigue et le souffle s’améliorent
  • Après 1 an, le risque d’infarctus du myocarde est réduit de moitié, le risque d’Accident Vasculaire Cérébral rejoint celui du non‐fumeur
  • Après 10 ans, le risque de mortalité du cancer du poumon est réduit de 50% ; le risque de cancer du pharynx et de la bouche rejoint celui du non‐fumeur
  • Après 15 ans, le risque d’infarctus du myocarde rejoint celui du non‐fumeur après 5 à 20 ans
  • Après 20 ans, l’inflammation des bronches est diminuée de 50 %, l’emphysème persiste et le risque de cancer du poumon est fortement diminué

INCONVENIENTS à arrêter de fumer
ou à aborder la question du tabac :

  • « Je redoute les effets du manque »
  • « J’ai peur de grossir »
  • « Quand je ne fume plus, je me sens irritable et stressé »
  • « Je n’arriverai plus à me concentrer »
  • « Je vais perdre ma pause cigarette »
  • « Je ne pense pas que j’y arriverai »
  • C’est le médecin qui va devoir affronter les symptômes liés à l’arrêt du tabac : fatigue, prise de poids, insomnie, faim, toux, troubles de l’humeur, manque de concentration…
  • Si le patient n’arrive pas à arrêter, s’il rechute, son échec sera aussi un peu celui du médecin

Les effets secondaires – qui sont tous temporaires et transitoires ! – de l’arrêt du tabac :

  • Fatigue
  • Prise de poids
  • Insomnie
  • Sensation de faim, boulimie
  • Toux, gorge sèche, congestion nasale
  • Constipation
  • Troubles de l’humeur
  • Maux de tête, manque de concentration

AVANTAGES de fumer
de NE PAS aborder la question du tabac :

  • « Fumer m’aide à surmonter les moments de stress »
  • « C’est un moyen pour me relaxer »
  • « La cigarette m’aide à mieux me concentrer »
  • « Fumer, ça permet d’aborder les gens plus facilement » (acte social, contenance, …)
  • « C’est mon moment à moi »
  • « J’aime le geste »
  • « C’est un plaisir »
  • Effet laxatif
  • Le médecin ne doit pas affronter son patient sur un terrain si difficile
  • Il ne s’expose pas à un possible échec

INCONVENIENTS de fumer
de NE PAS aborder la question du tabac :

  • Odeur désagréable de la cigarette
  • Mauvaise haleine
  • « Ça coûte cher ! »
  • « C’est mauvais pour la santé »
  • « Je n’aime pas être dépendant de la cigarette »
  • Gène les proches
  • Nuit à la santé des proches
  • Sentiment d’aborder les problèmes de santé du patient au coup par coup et pas de manière globale

Le tabac tue actuellement 1 européen sur 7. Au total, pratiquement 1 cancer sur 4 lui serait imputé. Il faut y ajouter 1/3 des infarctus du myocarde, mortels ou non, et d’autres affections du système circulatoire comme les accidents vasculaires cérébraux (AVC), sans oublier les maladies du système respiratoire telles l’emphysème (85 %) et les bronchites chroniques.

L’augmentation des risques des différentes affections que provoque, aggrave ou entretien le tabac est exprimé en Risque Relatif (RR), c’est‐à‐dire que le risque de survenue de l’affection est X fois plus élevé si on fume que si on ne fume pas (le risque 0 n’existant pas chez les non fumeurs) :

  • Cancer du poumon, larynx, cavité buccale : RR = 7 à 14,9
  • Cancer de l’œsophage : RR jusqu’à 13
  • Cancer de la vessie : RR = 5
  • Affections coronariennes : RR = 1,2 à 2,3 ‐ AVC : RR = 2,58 (fe) à 3,70 (ho)
  • Hémorragie cérébrale : RR = 4 ‐ Affections occlusives artérielles : RR = 2
  • Cancer du col : RR = 3

Et aussi le tabac :

  • Diminue la durée de vie moyenne, de 2 à 3 ans pour 10 cigarettes par jour, 5 à 7 ans pour 20, 8 à 10 ans pour 40
  • Provoque et aggrave les bronchites, l’emphysème, les infections ORL, …
  • Augmente très fortement le risque d’HTA
  • Augmente le risque d’ostéoporose
  • Ne fait pas bon ménage avec la grossesse ! Il y a de gros risque d’avortement, de faible poids à la naissance et de prématurité
  • Vieillit précocement la peau
  • Retarde la cicatrisation
  • Provoque, aggrave et entretien les ulcères gastroduodénaux
  • Augmente le risque d’impuissance chez l’homme
Téléchargez la fiche complète des avantages et inconvénients de fumer et d’arrêter de fumer